Lucas Papillon s’affirme.

Lucas n’est certes pas roannais d’origine mais depuis qu’il a intégré le CR4C il réside à Roanne.Politique,diététique ,les sujets d’intérêts de Lucas sont variés et sérieux.Il entame sa 2ème année au sein de la DN1 jaune et bleue ,et sa dernière année espoirs.Découvrez plus intimement Lucas.

1/ Quel bilan tires-tu de ta saison 2015 ?

Il est très positif. J’ai eu des résultats probants, notamment en classe 2, ce qui est très valorisant sur le bilan d’une saison. Je retiens surtout que  j’ai réussi à m’approprier un bon niveau de performance pour jouer les premiers rôles, et cela de façon pérennisée (20 top 10, 33 top 15). Et puis, j’ai pu lever les bras, ce qui est une satisfaction importante. Dernier point que je retiens, le fait d’avoir mis un pied en équipe de France U23, c’est motivant et transcendant pour la suite !

2/Quels objectifs pour 2016 ?

L’objectif sera de faire une saison pleine, et pourquoi pas de passer le Rubicon en fin de saison. Cela passe par quelques beaux bouquets et une belle régularité en haut des classements. Étant encore espoir, porter de nouveau les couleurs tricolores est aussi un objectif parallèle qui motive et tient au cœur, mais il faut prendre de la distance, si cela doit se faire, ça se fera !

Avoir une émulsion de groupe aussi positive que l’on a pu la connaître en  2015, voir le CR4C briller à tour de rôle et surtout  participer à cet engrenage, qui au passage permet une prise de plaisir accrue de tout l’effectif et également une trame importante de la saison.

3/Le cyclisme en DN1 pour toi : c’est quoi ?

C’est à mon sens, déjà du haut niveau. On le voit sur certaines épreuves, le niveau amateur tend à s’élever de plus en plus.  On voit bien d’ailleurs qu’à ce niveau une certaine implication et d’or et déjà nécessaire pour performer. C’est à mon sens une bonne chose. Cela consolide le niveau et la formation des coureurs qui y évoluent et donc des futurs pro. Une sphère DN à niveau élevé et homogène est un étage sportif de formation solide et sain très intéressant. Il permet au coureur de bien se construire et d’arriver avec des bases chez les pro (pour ceux passant le Rubicon). C’est un atout du cyclisme Français !

Dans la nécessité financière des équipes (déplacements, matériel, staff..), le personnel qu’elle implique, et tout ce qui gravite autour ; ce niveau DN tend à se professionnaliser de plus en plus et à voir ses besoins accrus. Un pont avec le monde pro paraît de plus en plus attractif si ce n’est vital.  Malheureusement je trouve, à l’instar de beaucoup de monde, que parfois, la frontière monde Pro – monde Amateur, est sur certains points très marquée. Je trouve ça dommage. Beaucoup de personnes s’impliquent pour améliorer ce rapport, je pense à Jerome GANNAT notamment, je trouve cela essentiel pour pérenniser la  bonne santé de la sphére DN et les bienfaits qu’elle peut promouvoir au cyclisme Français.

4/Quels sont tes centres d’intérêt(s) en dehors du vélo ?

La diététique, en étude comme dans l’à coté. Cette semaine j’ai lu le livre  « micro nutrition santé et performance »  de Denis RICHE. Je trouve fascinant les imbrications de notre assiette sur l’ensemble de la physiologie humaine. Cela sert quand on est cycliste d’ailleurs…

5/Quel avenir professionnel envisages-tu ?

J’espère vivre une expérience au dessus dans le cyclisme. Mais si ça n’arrive pas, je prendrais mon pied dans le domaine médical et la diététique. J’ai bien vu sur mes stages de terrain que j’étais content de me lever le matin pour aller travailler à l’hôpital, je faisais même des heures sup (rire)!

6/ Quel métier effectues –tu ou bien dans quelle filière estudiantine es-tu ?

La diététique donc..

7/Quel est le dernier sujet d’actualité auquel tu as été sensible (hormis les attentats) ?

Les élections régionales . Je ne me prend pas la tête avec la politique mais j’aime être impliqué et critique sur ce domaine. C’est un aspect important de notre société, de nos vies. Le fait de voter est important, et le faire en ayant une opinion forgée l’est encore mieux.

8/Qu’aimerais-tu voir dans le site  du CR4C ?

Une photo de couverture avec un roannais sur la plus haute marche du podium du TPR ! Ou une photo de Paul Sauvage avec un regard ténébreux (rire)

9/Quel est ton plat préféré ?

Steak tartare, pomme de terre en robe de chambre, verre de vin rouge (pas du cote roannaise, du bourgogne…!) !

10/Dans la vie de cycliste de DN1 qu’elle est ta plus grande frustration, ton plus grand plaisir ?

Le plus grand plaisir, c’est mes foncières. Mon corps doit avoir une sécrétion d’endorphine proportionnelle à la durée d’heure de selle, je sais pas. Mais une longue sortie foncière dans des beaux paysages, notamment en montagne…. Là je prends mon pied! SI un jour  je dois arrêter le vélo, ça me manquera terriblement.. Le fait de sillonner la France est un aspect que j’adore aussi.

La frustration… je sais pas trop. De savoir inconsciemment que cela ne peut durer qu’un temps peut être ..

11/Quel coureur amateur t’impressionne le plus (hors CR4C) ? Quel coureur pro t’impressionne le plus ?

Le pro, c’est Froome. Je suis de ceux qui l’aime bien. Je trouve ça impressionnant la façon dont il arrive, sur le long terme, à dominer les aspects de la performance. Être sans reproche et toujours en gestion sur une diététique optimale, un entraînement le plus fonctionnel possible, etc… je trouve que ça illustre le champion.

En amateur… difficile. Rostollan, par sa force, et Cardis par sa faculté à mettre la balle au fond m’ont beaucoup impressionné cette année. Sinon c’est bien connu, j’ai toujours eu de l’admiration pour Fournet Fayard. Son comportement attaquant-baroudeur ma toujours plu et inspiré quand je suis arrivé en espoir. Ça ne permet pas le plus grand nombre de victoires, mais là il y a de la manière. Et puis il m’impressionnait par ses entraînements, bon cette année je m’en rapproche un peu.. (rire)

12/Qu’est ce qui te motive pour que tu acceptes de  t’entraîner dans le froid, sous la pluie, sur la route dont on connaît les dangers alors qu’il serait plus rationnel de choisir un sport moins exigeant ?

Difficile question ! Si bien que la seule réponse qui me vient à l’esprit, c’est : la passion !  Ça colle au corps, ça fait partie de moi, je prend du plaisir sur mon vélo, et ce par dessus toutes les contraintes liées à la pratique ! A ce niveau c’est essentiel de toute façon si on veut accepter les multiples sacrifices à mon sens. Puis la motivation, l’envie d’être plus fort, accentue cette implication et amène le caractère  déterminé.

13/Une saison 2016 réussie :pour toi c’est ?…

J’ai toujours pensé que viser haut, être ambitieux, (sans prétention aucune) tire vers le haut ! Un contrat pro en fin d’année équivaudrait à une saison réussie. Si j’ai porté les couleurs tricolores au passage, alors la c’est la saison parfaite !

Fiche lucas Papillon : http://www.cr4croanne.com/lucas-papillon/

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire